Sous compromis : définition, conditions de validité et son fonctionnement

Sous compromis, cela vous dit quelque chose ? Sinon, c’est un ensemble de mots que vous rencontrerez très souvent, si vous êtes dans le secteur immobilier. En effet, en matière de vente d’immeuble, il est possible de se confronter tout un tas d’habitudes. L’une d’entre elles est ce moyen qui est très fréquent en Europe et sur le territoire français. Dans cet article, nous vous invitons à savoir ce que c’est, ses avantages, son utilité ainsi que son fonctionnement.

C’est quoi un sous compromis ?

Expression très employée dans le domaine de  l’immobilier, le sous compromis est très fréquent dans le monde.  En fait, ce n’est qu’une abréviation de l’ensemble de mots « sous compromis en vente ». Il s’agit d’une opération de vente par laquelle un premier acheteur est remplacé par un autre. À voir cette définition, on peut bien se dire que c’est une expression commune dans tous les domaines. On pourrait donc utiliser le compromis de vente aussi bien en matière mobilière qu’immobilière. Mais, c’est en matière de vente d’immeuble qu’on retrouve fréquemment le sous compromis. Mais d’abord, c’est quoi un compromis de vente ? Eh bien, il s’agit d’un accord entre un vendeur et un acheteur sur la vente d’un bien immobilier. Mais par la suite, il est bien possible que ce soit une autre personne qui achète l’immeuble. On parle donc de sous compromis de vente. Mais, il existe des conditions au sous compromis.

Les conditions de validité du sous compromis et son fonctionnement

Pour que le sous compromis soit valide et ait une valeur juridique, plusieurs conditions sont nécessaires.
D’abord, qui parle de compromis fait allusion à un accord. Du coup, pour matérialiser celui-ci, il faut l’existence d’un acte signé par le vendeur et l’acheteur. C’est une garantie pour que l’un ou l’autre des parties ne nie pas l’existence d’un tel accord. Ainsi, le sous compromis. D’un autre côté, un tel document ne sera considéré comme un accord que s’il prévoit une clause de substitution. C’est-à-dire une possibilité pour que le premier acheteur soit remplacé par un autre qui pourra s’acheter l’immeuble. Sans une telle mention, il est impossible pour le vendeur de vendre le bien immeuble à autrui. De ce fait, il ne s’agit plus d’un sous compromis, mais d’une promesse synallagmatique de vente. En cette qualité, le vendeur devra proposer la vente du bien à son acheteur avant tout. Ce n’est qu’après l’inaction de ce dernier que la vente sera proposée à une tierce personne, dans les mêmes conditions.

Pourquoi signer un accord de sous compromis ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles un sous compromis est très utile. D’abord, c’est une belle stratégie pour un acheteur n’ayant pas immédiatement les moyens de s’acheter un immeuble. En effet, ce dernier pourra se réserver la priorité du bien. Le vendeur ne peut vendre ledit immeuble que sur certaines conditions. D’un autre côté, il pourrait le réserver pour une tierce personne ayant les moyens. Cela lui permet aussi de convenir en même temps du prix du bien, tout comme des conditions suspensives de vente. Enfin, le sous compromis facilite la résiliation d’un accord de vente, sans trop peser sur le vendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *