C’est quoi le principe de Peter et quelles solutions adopter ?

Le Principe de Peter énoncé dans un environnement professionnel attire l’attention sur les problèmes d’incompétence. Il en ressort de façon générale que l’employé au cours de sa carrière peut atteindre son dernier niveau de compétence. En quoi consiste réellement cette idée ? Qu’est-ce qui a mené à sa déduction? Est-elle vraiment vérifiée ? Voici autant de questions auxquelles cet article vient répondre afin de vous éclairer sur le sujet.

Qu’est-ce que le principe de Peter?

Le syndrome de la promotion focus ou le principe de Peter est une règle non rationnelle qui a pour base essentielle l’expérience et l’observation. Elle porte sur la généralité organisationnelle de l’hiérarchie au sein d’une entreprise et est l’œuvre de Laurence J. Peter et Raymond Hull dans les années 1970.

Le principe de Peter stipule un fait selon lequel dans un cadre professionnel évolutif, un fonctionnaire compétent à la base évolue pour atteindre une place où il ne l’est plus. Il en découle la conséquence naturelle qu’au fil des ans, l’entreprise ait à tous niveaux des personnels incompétents pour les postes qu’ils occupent.

Qu’est-ce qui explique ce principe ?

C’est l’observation du fonctionnement du système d’hiérarchie au sein des sociétés qui a conduit Laurence Peter à énoncer le principe de Peter. Il a constaté qu’au sein d’une entreprise, en fonction de la compétence dont fait preuve un employé, ce dernier se voit élevé à un rang supérieur. Par conséquent, l’évolution hiérarchique tient compte de la performance du fonctionnaire. Allant dans le même sens, il remarque que certains ne bénéficient ni de promotion et ne sont pas non plus renvoyés vers un poste inférieur. Ce qui implique qu’ils ne font pas preuve de grande aptitude pour qu’on les avance.

Ces observations à la base du principe de Peter montrent qu’au sein d’une entreprise, les postes ne seront pas tenus par des employés capables puisqu’ils seront envoyés vers des responsabilités plus importantes si l’on peut ainsi les qualifier. Mais au fur et à mesure qu’ils sont promus, ils atteindront certainement un niveau où ils ne feront plus preuve d’excellence. Ce n’est qu’à cet instant qu’on ne les avancera plus et qu’on ne les recalera pas non plus. Ainsi, selon le principe de Peter, ils ne sont plus compétents mais sont obligés de rester à ce stade d’évolution.

Sur le long terme, l’ensemble des postes de travail présents au sein de l’entreprise seront tenu par des travailleurs autrefois compétents mais aujourd’hui incompétents.  De ce fait, la majorité de l’exercice entrepris pour le fonctionnement de la société se fait par des fonctionnaires qui n’ont pas encore atteint la valeur limite de leurs productivités. Alors, de ces observations vous pourrez remarquer le bien fondé du principe de Peter.  Il explique par là le pourquoi à une certaine époque d’évolution, les entreprises commencent par stagner sur le plan productif : ils se retrouvent à un point mort.  Cela porte à croire qu’il n’existe plus d’employés efficaces  pour faire avancer l’entreprise. Même le personnel d’un point de vue objectif ne se sent plus à la hauteur des attentes de la société. C’est l’incompétence qui s’est installée selon le principe de Peter.

Quelles solutions contre ce principe de Peter ?

Au sein de l’ouvrage le principe de Peter, les auteurs proposent une série de manœuvre dont la sublimation percutante, la diversion et la technique de l’incompétence créatrice.

La sublimation percutante

Elle consiste au sein d’une entreprise à promouvoir un employé dont l’incompétence est notée à un poste apparemment important. Cette apparence réside dans le fait que la nouvelle fonction qui lui sera proposée ne demandera plus assez de responsabilité ou du moins aucune.  Cette manière de procéder pour contrer le principe de Peter existait déjà au sein des sociétés. L’on peut dire qu’il en est arrivé à lui attribuer un nom. Ainsi, il revient à l’administrateur de vite remarquer l’élément supérieur qui a atteint son seuil de compétence pour lui appliquer une sublimation percutante.

Pour faire court, il faut dire que l’administration va se défaire de lui tout en lui offrant une promotion. De nos jours d’ailleurs, il existe bien des postes de ce genre au sein des structures pour pallier le principe de Peter.

La diversion

Ici, il s’agit d’une suggestion à l’actif de l’employé qui remarque par lui même qu’il n’est plus productif au poste qu’il occupe. Il peut commencer par plus s’appesantir sur les activités de moindre importance au sein du service. Ou encore il pourrait éviter de s’occuper lui même des travaux qui lui incombent et se contenter juste de les superviser.

Certains peuvent se dire que c’est faire preuve de mauvaise foi, mais la vérité est que cela n’impacte en rien le bon fonctionnement de l’entreprise. Ceci parce que le gros du travail pour ne pas dire l’ensemble est réalisé par les subalternes qui sont jusque là toujours compétents.

La technique de l’incompétence créatrice

C’est la meilleure solution pour empêcher la survenance du principe de Peter. Il s’agit de commettre quelques bévues pour empêcher que l’on ne soit tenté de vous affecter à des postes supérieurs. De façon naturelle, l’entourage verra d’un mauvais œil qu’un employé désiste à une promotion. Or tout fonctionnaire se sent plus à son aise à un niveau où il peut montrer toutes ses capacités pour faire avancer l’entreprise.  Ainsi, certains d’entre eux dans une réalisation parfaite des tâches qui leurs incombent trouve le moyen de commettre des erreurs dans les activités secondaires. Comme exemple, ils peuvent de temps en temps mal entretenir les papiers administratifs ou encore occupé une place supérieure qui n’est pas la leur lors d’un stationnement dans le parking de la société. Notez que ce procédé peut être exprès ou non.

Le principe de Peter n’est pas vérifié dans tous les secteurs hiérarchiques. De plus, dans un système politique, il ne peut être soulevé. Ceci parce que dans ce domaine, les personnes sont des élus et ce n’est qu’en fonction de leur manière de convaincre qu’elles se sont vues attribuer un rôle de dirigeant.

Attention à ne pas confondre le terme politique, car on peut dire qu’il existe des postes de promotion dans le domaine. Ici, l’on se base plus sur la tranche élective qui s’emploie à battre campagne auprès d’une population pour être promus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *